Présentation du livre « Servizi e Segreti – Introduzione allo studio dell’intelligence » (Services et Secrets – Introduction à l’étude des services de renseignements) du Général Mario Mori.

web1L’association « Amici delle Forze di Polizia Svizzere » et la division « Intelligence & security » de EYESWISS SA en qualité de sponsor principal, ont organisé le 19 octobre 2016 une soirée à Mendrisio dans l’amphithéâtre du Centre Scolaire Canavese, consacrée à la présentation du livre « Servizi e Segreti – Introduzione allo studio dell’intelligence »” du Général Mario Mori.

La conférence a été ouverte, après les salutations du président de l’association « Amici delle Forze di Polizia Svizzere » Stefano Piazza, par le Conseiller d’État Norman Gobbi, qui a souligné que la Suisse, bien que ne faisant pas partie des principaux objectifs du terrorisme international, est, quoi qu’il en soit, menacée par la diffusion d’une pensée radicale qui pourrait pousser certains sujets à accomplir des attaques terroristes. Il est naturellement fait référence à l’extrémisme islamiste (comme le confirme l’actualité concernant les adeptes de DAESH, souvent des jeunes), mais comme l’a répété le Conseiller Gobbi, il faut faire attention à tous les types de radicalisation (le Conseiller d’État a cité par exemple le récent rassemblement néonazi à Saint-Gall).

Le débat a été modéré par le Conseiller National Marco Romano (ancien membre de la Commission de la politique de sécurité) qui a interpellé le Général Mori quant au thème de la sécurité et de la lutte contre la menace terroriste et contre la criminalité organisée.

Le Général Mori, ancien directeur des services secrets italiens Sisde (Service pour les informations et la sécurité démocratique) qui, en collaboration avec le Capitaine Sergio De Caprio, a capturé le boss de Cosa Nostra Salvatore « Totò » Riina en 1993, a exposé au cours de la soirée différents épisodes et les leçons tirées de sa longue carrière au sein des forces de défense et de sécurité.

Le Général Mori a illustré les méthodes utilisées pour arrêter la cellule romaine des Brigades Rouges lorsqu’il était le responsable de la Section anti-crime de la Division Opérationnelle de Rome, mais il a également illustré son analyse sur le terrorisme islamiste qui a frappé l’Europe et en particulier la France avec le massacre au Bataclan. Selon lui, une attaque comme celle de Paris, aurait pu difficilement avoir lieu en Italie (ou en Suisse), car contrairement à la France, il n’y a pas le terreau idéal pour le terrorisme représenté par les grandes agrégations de citoyens provenant des anciennes colonies, qui vivent souvent dans des conditions économiques difficiles.

Le Général Mori a toutefois souligné que, quel que soit l’ennemi à affronter, le secret du succès était de le connaître à fond.
Pendant la soirée, les débats ont également porté sur la criminalité organisée et la mafia. L’ancien Procureur du Ministère Public de la Confédération, Me Pierluigi Pasi, en particulier, a manifesté son inquiétude face à la diffusion croissante de ce phénomène sous nos latitudes. Outre en Lombardie où la présence de la « ‘ndrangheta est certaine, il existe au Tessin aussi des « centres décisionnels » d’importants clans actifs au-delà de la frontière, a déclaré Pasi. Une situation qui, comme l’a expliqué l’ancien procureur en chef de l’antenne du Ministère public de la Confédération à Lugano, peut être difficilement comprise outre-Gothard.

Bureau de presse Eyeswiss: info@eyeswiss.ch 



Ticket